Chargement du dossier en cours

Ford Vedette 1953 – berline

Restauration d’une Ford Vedette 1953 – berline

Projet conséquent qu’est celui de restaurer complètement une Ford vedette. Souvent malgré la bonne volonté du propriétaire, le projet ne va pas jusqu’au bout. L’atelier Techni-Tacot accepte de reprendre des travaux inachevés, des réparations entreprises par d’autres pro ou amateurs, faits correctement ou non.

Ford Vedette 1953

 

Techni-Tacot n’est pas là pour juger mais pour apporter son savoir faire. Souvent, l’ordre des travaux n’a pas été respecté. La motivation s’émousse et le projet stagne. C’est le cas pour cette Ford Vedette. Alors pour réaliser son souhait, notre client a choisit de nous confier la mission dans sa globalité.

Tour d’ensemble du véhicule lors de son entrée :

P1070986.JPG P1070991.JPG P1070996.JPG P1090009.JPG P1090012.JPG

Le moteur sort des mains d’un mécanicien. Il est fort possible que le travail ait été correctement réalisé mais l’aspect extérieur laisse vraiment à désirer. En tout état de cause, nous démonterons ce moteur pour vérifier qu’il est conforme au niveau réfection et nous lui ferons passer une séance d’esthétique. Les dessous de la belle laissent aussi à désirer. Si la carrosserie a bien été repeinte, il aurait été plus raisonnable de refaire en premier, le châssis et toute la partie mécanique, sans oublier les soubassements. Ce n’est qu’ensuite qu’on peut reposer une carrosserie propre sur un châssis refait. Le radiateur a reçu un « magnifique » voile de peinture : quel dommage que le carrossier n’ait pas pris soin de masquer les pièces sensibles. Entre nous, en démontant toute la mécanique AVANT le problème ne se serait pas posé. En déposant le radiateur, un liquide rouillé et comportant une poignée d’agglomérats calcaires, laisse planer un doute quant à la propreté du circuit de refroidissement. Autant se dire que ce type de V8 ne va pas aimer fonctionner avec un refroidissement médiocre, sans parler de la durée de vie des pompes à eau. Nous décidons en conséquence de séparer la carrosserie du châssis et de le démonter entièrement pour tout reprendre, en suivant les règles du métier.

Démontage de la Ford Vedette 1953 :


 

P1090014.JPG P1090019.JPG P1090045.JPG P1090120.JPG

La carrosserie est soulevée avec le pont élévateur, le châssis est sorti sur ses roues. Ensuite commence le démontage. Nous remplaçons les silent blocs défectueux sur les trains. Le démontage permet de voir qu’un axe de la barre anti roulis est brisé.

P1090065.JPG P1090100.JPG P1090101.JPG

Une fois nu : lavage à la vapeur – décapage – traitement antirouille et laquage.

P1090023.JPG P1090119.JPG

Freinage de la Ford Vedette 1953 :


Comme il se doit, nous refaisons le système dans son ensemble. C’est à dire : remplacement des 6 cylindres de roues, du maitre cylindre, des 8 garniture, des 3 flexibles, refabrication des canalisations en cuivre et rectification des 4 tambours. Le liquide utilisé est du 100% silicone. Les deux images ci-dessus montrent deux façons de refaire un système de frein (Techni-Tacot c’est celle de droite !).

Thumbnail imageThumbnail imageThumbnail imageThumbnail image

Le châssis terminé est monté sur des roues provisoires, le temps de décaper et laquer les jantes. De nouveaux pneus Michelin 165×400 type X sont commandés.

Thumbnail image

La coque est décapée au niveau des soubassements. Cela permet de vérifier qu’elle est en très bon état. Après un dégraissage de la tôle, une première couche d’anti corrosion est passée à la brosse. Après séchage, un anti gravillonnant plastifiant renforce la protection contre la pluie et les projections.

Thumbnail image Thumbnail image Thumbnail image

La coque est reposée sur le châssis. L’arbre de transmission a été reconditionné et équilibré pour s’affranchir d’un risque de vibrations parasites à ce niveau là.

Thumbnail imageThumbnail image Thumbnail image Thumbnail image

La colonne de direction est démontée. Lorsque la graisse est trop ancienne, elle devient poisseuse et empêche le passage de la 1ère vers la seconde. Un dégraissage soigneux et la réparation des biellettes permet de retrouver une commande souple, précise et agréable.

P1090110.JPG P1090112.JPG

Nous accordons une attention particulière au réservoir de carburant. Il est souvent responsable d’un grand nombre de panne. Il sera nettoyé avec soin. Le tamis en laiton est retiré pour enlever les amalgames qui sont prisonniers à l’intérieur. Un câble de frein est utilisé pour tringler le tube d’aspiration. Ensuite l’extérieur est décapé. Comme la peinture peut colmater provisoirement des micro perforations, il est rempli d’eau et testé  avec une faible pression, avant d’être peint.

Le moteur de la Ford Vedette 1953 :


 

P1090231.JPG P1090233.JPG P1090242.JPG

Le bloc moteur est rempli de morceaux de calcaire. Il est difficile de ne pas mettre en doute la qualité du reconditionnement de ce moteur. En détail un hélicoil insuffisamment vissé dépasse du plan de surface. Ainsi, il empéchera le joint de culasse de bien plaquer et créera une fuite.

P1090241.JPG P1090258.JPG P1090254.JPG

Nous décidons de démonter entièrement le moteur pour tout revoir. Photo du milieu, on peut observer le talon supérieur d’un des cylindres, preuve incontestable de son importante usure. Tel que, ce moteur fumera anormalement même avec des segments neufs. Il faut réaléser les 8 cylindres et mettre des pistons neufs. Détail d’un des pistons remonté en l’état et dont un des segments racleurs est brisé (depuis longtemps car la cassure est calaminée).

Le vilebrequin de la Ford Vedette 1953 :


 

P1090253.JPG P1090259.JPG P1090262.JPG

Les manetons sont rainurés et vont user les coussinets très rapidement. Les soupapes n’ont pas dû voir l’atelier de rectification depuis longtemps ! Les poussoirs sont marqués (trace ronde sur leur dessus) il serait difficile de régler correctement le jeu aux soupapes.

Radiateur de chauffage de la Ford Vedette 1953 :


 

Thumbnail imageThumbnail imageThumbnail image

Le bloc chauffage et son état avant nos soins. Comme faisceau et boites à eau sont en acier, il est impossible de sauver ces pièces autant corrodées. Nous refaisons les deux boites à eau en laiton et changeons le faisceau.

Thumbnail imageThumbnail imageThumbnail image

Avant de reconstruire le moteur, nous nous occupons de reconditionner tous les organes périphériques. Il serait maladroit de faire tourner un moteur remis à neuf avec allumeur, pompe à eau, carburateur, simplement nettoyés avec un peu d’essence. Vu l’état de l’allumeur et du carburateur, le temps que nous y consacrons est loin d’être superflu.

Reconditionnement du moteur de la Ford Vedette 1953 :


 

P1030204.JPG P1030203.JPG

Maintenant que le bloc est parfaitement propre, il est possible de vérifier qu’aucune fissure ou autre défaut majeur (réparation de fortune) ne devrait venir compromettre le reconditionnement. La mesure des cylindres montre que le bloc était en origine, mais que l’usure des fûts dépasse 35/100e de mm. Le mécanicien qui a décidé de remonter ce moteur avec un jeu de segments neufs a soit été distrait dans sa mesure, soit (!!??) …Seule une opération de réalésage pourra sauver le bloc qui devrait sortir en 1ère cote (66.50mm)

Thumbnail image Thumbnail imageThumbnail image

Ouverture de la pompe à huile. Un des organes essentiels pour la durée de vie du moteur. Elle assure le graissage indispensable de toutes les pièces internes, mécaniques en mouvement, du moteur. Il faut donc lui accorder une attention toute particulière. Ici, le couvercle avait été remonté avec une vis étrangère au moteur (filetage différent). Comme elle n’était pas percée du trou de ligature comme ses deux soeurs et qu’elle « nageait un peu dans son filetage, elle a été montée avec de la colle (merveilleux !). Nous démontons la pompe pour surfacer le capot de fermeture trop fortement marqué (perte de pression), tringlons le conduit d’aspiration et fournissons la 3ème vis comme à l’origine. Le clapet est démonté pour contrôle. Le tout est sécurisé avec un fil de ligature.

Thumbnail image Thumbnail image

Les coussinets trouvés sur le moteur : de loin on pourrait croire que ce sont des pièces en métal rose et donc en bon état. Mais en s’approchant on peut constater que le dépôt anti friction a totalement disparu, sauf dans les creux des extrémités. Donc à part en faire un très joli collier, c’est tout ce qu’on en faire. Nous le remplaçons par un jeu neuf (disponible sur notre boutique). Malgré le mauvais état des coussinets de bielle, celui des paliers est neuf. Enfin une bonne nouvelle, nous conservons le jeu après un nettoyage méticuleux.

Thumbnail image Thumbnail image Thumbnail image

Usinage sur le bloc moteur de la Ford Vedette 1953 :


Comme avec chaque moteur, nous rectifions sièges, soupapes, contrôlons les plans de surface. Le bloc est réalésé en 1ère cote 66.50 mm. La distribution est remontée en premier et demande beaucoup de temps d’ajustage pour obtenir un jeu de 0.30 à 0.35 (maximum). Nous réalisons cette  opération avec une rectifieuse. Cela garantit une perpendicularité entre la portée de la queue de soupape et celle du poussoir (rectifié aussi).

Thumbnail image Thumbnail image Thumbnail image Thumbnail image

Les fûts montrent leurs striures de déglaçage gardiennes du film d’huile qui vont permettre aux pistons de coulisser avec le moins de friction possible. Comme pour chaque moteur, nous pesons bielles et pistons pour les apparier au plus proche possible du même poids et constituer un équipage mobile équilibré. Le bloc laqué en bleu comme les moteur Ford reconditionné de l’époque. Il trône fièrement à côté d’une moteur de Renault Frégate 1956, mais avec beaucoup d’humilité devant un très petit moteur régulé d’avant guerre, le Rosengart pour LR4N2 de 1936.

Thumbnail image Thumbnail image

La première étape a été la pose des bouchons d’huile sur le canal central proche de l’arbre à cames. Ensuite après surfaçage des poussoirs, rectification soupapes et sièges, nous allons passé quelques heures à rectifier les queues de soupapes pour obtenir le jeu (0.30 à 0.35 mm ADM et ECH). Ce n’est qu’après cette étape laborieuse pour celui qui souhaite donner au moteur un diagramme de distribution équilibré (rotation régulière du moteur) que nous pouvons remonter l’équipage mobile. Pour une question de praticité, nous commençons par travailler sur le bas moteur. Tresses et paliers sont posés – le vilebrequin rectifié est mis en place. Ne pas oublier que le volant moteur doit être monté AVANT la pose du carter d’huile.

Thumbnail image Thumbnail image Thumbnail image

Les collecteurs ont été décapés dans un bain d’acide orthophosphorique. Ensuite ils reçoivent une peinture spéciale collecteur Restom. Après le montage de chaque ensemble bielle/piston, faire au moins 1 ou 2 tours de vilebrequin. C’est une sage précaution pour s’assurer que les coussinets sont biens en place et qu’on peut poursuivre le remontage.

Thumbnail image Thumbnail image Thumbnail image

Le masque en fonte (côté distribution) est remonté avec sa tresse. En faisant tourner le vilebrequin, on peut observer la valse particulière des 8 pistons qui suivent l’ordre d’allumage 1548 6372. Comme les culasses ont trop été rabotées, nous devons monter des joints en cuivre massif pour compenser leur épaisseur. Nota: ces moteurs ne supportent pas le rabotage des culasses. A moins de 37 mm d’épaisseur de culasse, les électrodes des bougies peuvent être touchées par l’ouverture des soupapes et ne plus l’enflammer le mélange correctement. Techni-Tacot distribue sur la boutique, les joints de culasse en cuivre massif (2mm) et le vernis indispensable à l’étanchéité. Mécanisme d’embrayage et disque sont remplacés par des pièces reconditionnées (démontage complet, microbillage et usinage des plateaux puis retarage pression d’appui – disponible aussi sur notre boutique)

Thumbnail image

Le moteur prêt pour une mise à feu.

Remontage de la Ford Vedette 1953 :


 

Thumbnail image Thumbnail image Thumbnail image Thumbnail image Thumbnail image

La coque était déjà passée entre les mains d’un peintre carrossier. Hélas, le résultat obtenu souffrait de trop de défauts et d’une application manquant de soins. On va dire pour simplifier que la voiture avait été « peinturée ». De notre côté, un ponçage soigné a repris les défauts d’aspects (poussières, coulures et « peau d’orange »), puis deux couches de laque ont donné un tendu appréciable. Planche de bord et cadres de vitre sont re laqués aussi ainsi que les 5 jantes.

Thumbnail image Thumbnail image Thumbnail image

Nous reposons le V8, puis habillons la face avant.

Thumbnail image Thumbnail image Thumbnail image

Feux et phares reviennent à leur place. Après avoir démélé un sac de noeuds électriques.

Thumbnail image Thumbnail image

La Vedette comme on la voit rarement : châssis refait dasn le détail, soubassement décapé et traité, les pièces mécaniques remis à neuf.

Thumbnail image

La plupart des grandes agrafes pour maintenir l’entourage de caisse en alu, sont manquantes ou trop corrodées. Des substituts en tôle galvanisées sont fabriqués par l’astucieux Jean-Philippe.

Thumbnail image Thumbnail image Thumbnail image Thumbnail image Thumbnail image

 La carrosserie est en place avec ses ouvrants et ses baguettes. La confection de la sellerie permet de retrouver le tissu identique à l’époque, un skaî bleu et gris, ainsi qu’un ciel de toit tout neuf.

Thumbnail image

Le moteur reçoit les derniers équipements ainsi qu’un jeu de sticker sur fitlre à air et reniflard d’huile. Pour augmenter le confort de conduite, nous montons un module d’allumage électronique fixé sur le côté de la batterie. Ainsi les rupteurs ont une durée de vie rallongée. L’allumage est plus performant, améliorant la puissance de l’étincelle, les démarrages sont facilités (batterie 6V). Une pompe à essence électrique est ajoutée pour permettre l’amorçage du circuit d’essence sans avoir à relever le capot. Du poste de conduite, le conducteur n’a qu’à appuyer sur un bouton discret et la pompe se charge de remplir la canalisation d’essence jusqu’au carburateur. Ainsi, cela évite de tire surla batterie pour faire monter l’essence.

Thumbnail image Thumbnail image

Boutique en ligne

Vous avez besoin de pièces détachées pour réparer votre véhicule ancien ?

Vous avez aimé cet article ?
Comme nous, partagez votre passion des voitures anciennes en cliquant sur un des boutons de votre réseau social favori.

Dépannage

Eloigné de l’atelier ?
En panne ou immobilisé ?
Nous pouvons allez chercher votre véhicule sur un plateau-remorque.