Reconditionnement moteur 6 cylindres Dodge

logo dodge

Moteur 6 cylindres à soupapes latérales Dodge :

Le DODGE  T 214 était destiné à équiper les véhicules militaires 4X4 (la version T 223, identique au T214 motorisait les 6X6 ).

Ces moteurs sont des 6 cylindres en ligne fonctionnant à l’essence et de technologie à soupapes latérales. Mis au point pour la « CHRYSLER SIX « est donc un dérivé du moteur CHRYSLER.

D’une cylindrée de 3780 cm3 , il développe 93 CV à 3200 tr/min. Equipé d’un carburateur ZENITH ou CARTER , sa consommation moyenne est de 29 l/ 100 km. On parle bien ici de kilomètres parcourus et non de km/h. En 6 ou 12 volts (suivant les véhicules) , il fut produit de 1942 à 1945 et motorisa environ 300.000 véhicules militaires 4×4 et 6×6 confondus .

Ce dossier vous présente en images les étapes du reconditionnement en profondeur de ce moteur.

2022-12-09-10.07.20

Techni-Tacot doit réaliser les opérations suivantes de restauration :

  • désassemblage complet, dégraissage décapage et métrologie
  • rectification vilebrequin ou remplacement à neuf,
  • réalésage cylindres, montage pistons neufs,
  • rectification des toutes les pièces d’usure,
  • modification fixation démarreur sur carter embrayage,
  • montage allumage électronique ou module d’assistance.
2022-12-09-10.07.03

Désassemblage et constatations :

Notre client nous a livré un moteur reconstitué avec les pièces qu’il souhaite pour respecter le plus possible la configuration d’origine.

Le moteur avait été rempli de dégrippant pour simplifier la dépose de l’embiellage et de la distribution.

Un embrayage neuf a été fourni. Il est dommage que malgré le travail de rectification du plateau, le carter n’ait pas été décapé puis passé en peinture. Visuellement, cela change tout.

Le moteur est en premier lieu débarrassé de ses périphériques, puis de la culasse et de l’imposant collecteur en fonte. Le but étant de soulager  la manipulation du bloc lors de la dépose des soupapes et de l’embiellage. L’accès au haut moteur montre le très mauvais état des cylindres.

Après dépose du carter d’huile, les canalisations d’huile sont extraites pour éviter de les endommager.

Désassemblage et constatations :

L’embiellage est déposé. Les coussinets de bielle montrent que le revêtement se désagrège en plaque. Cette détérioration s’est produite en grande partie pendant l’immobilisation du moteur car on retrouve les bouts du revêtement anti friction sur le vilebrequin (photo 1). Ceci explique pourquoi il est très risqué de redémarré un moteur immobilisé longuement sans l’avoir ouvert pour contrôle. Même si celui-ci n’est pas bloqué, le simple fait que les coussinets ont perdu leur nature va autoriser le redémarrage mais entrainer très rapidement la rupture d’une liaison bielle/vilebrequin, autrement dit, une bielle coulée, ou un palier coulé. Cet état de sommeil a des effets aussi sur le gommage des segments qui peuvent se briser au redémarrage, sans que vous ne vous en aperceviez. C’est pour ces raisons, que je conseille de démonter un moteur immobilisé pour à minima contrôler l’état des pièces, les nettoyer et prendre les décisions qui pérenniseront la mécanique.

Désassemblage et constatations :

Une fois l’embiellage déposé, nous nous occupons des soupapes.

La dépose nécessite une pince à soulever le ressort. Il faut s’armer de patience pour dégager les demi clavettes lorsqu’elles sont collées par la rouille.

On note au passage un ressort cassé (photo 2)

Une fois les soupapes déposées, pour surfacer le plan supérieur du bloc moteur, il est impératif d’extraire les goujons. La partie n’est pas facile, mais aucun goujons ne sera cassé. Par contre, nous les remplacerons obligatoirement car l’extraction les a fortement marqués.

Vous avez aimé cet article ?

Comme nous, partagez votre passion des voitures anciennes en cliquant sur un des boutons de votre réseau social favori.

Dépannage

Eloigné de l’atelier ?
En panne ou immobilisé ?
Nous pouvons allez chercher votre véhicule sur un plateau-remorque.