Chargement du dossier en cours

Restauration Salmson S4 61 – 1950

salmson

Restauration complète d’une berline Salmson S4.

Le véhicule est une voiture de famille arrêtée depuis fort longtemps. LE temps est venu de lui redonner ses lettres de noblesse.

Salmson S4 61 restauration techni tacot

Techni-Tacot doit réaliser les opérations suivantes de restauration :

  • déshabillage complet avec séparation caisse châssis,
  • remise en état châssis,
  • remontage d’un pont de rapport courant à la place du modèle « court » pour zones montagneuses
  • reconditionnement du système de freinage à câbles,
  • reconstruction structures bois et travaux de carrosserie,
  • reconditionnement moteur et organes périphériques,
  • conception d’un faisceau électrique avec protections ajoutées
  • sellerie-habillage

En somme une restauration complète.

moteur salmson S4

Histoire du véhicule et photos d’époque de la Salmson S4 61 :

Cette Salmson S4-61 est sortie le 20 avril 1950 de l’usine du point du jour à Boulogne Billancourt, numéro de série 62550. De couleur bleue pétrole, elle est livrée à Monsieur R. à Grenoble. Elle est très probablement équipée d’un pont court pour gravir plus facilement les cols de cette région montagneuse. Sa première immatriculation est 41 A 38. C’est donc la quarante et unième voiture immatriculée dans l’Isère avec le nouveau système d’immatriculation lancé à l’époque.

Le 20 mars 1958, c’est une voiture d’occasion, elle change de propriétaire. Elle est alors immatriculée 561 AC 05, dans les Hautes-Alpes. Elle est achetée par un garagiste de Gap et commence une nouvelle carrière comme taxi. Avec sa boîte Cotal et son pont court, elle effectue de nombreuses courses dans la région gravissant les cols sans problème. Pour bien résister aux fessiers des clients, l’intérieur est doté de housses en simili rouge. Elle est aussi repeinte en bleu-vert.

Fin 1966, Marc est un précurseur, il est déjà un jeune collectionneur de voitures anciennes. et fréquente la casse KINTZ à Veynes. Il s’y rend pour acheter des pièces de Citroën C4 et tombe sur cette belle Salmson qui est déjà sur la rampe menant au broyeur de la casse ! La Salmson a 17 ans, est démodée et n’intéresse plus personne. Le sauvetage est rapidement conclu pour une somme modique. La photo qui la montre immatriculée 561 AC 05 avec une Juva 4 en arrière plan a été prise ce jour là dans la casse. Une fois munie d’une batterie, elle part par la route.

Histoire du véhicule et photos d’époque de la Salmson S4 61 :

Yann, fils de Marc, fait probablement connaissance de la Salmson à cette époque et sa maman, Madeleine apprécie également beaucoup cette jolie voiture.

Elle devient voiture de collection et est immatriculée 24 GS 87 le 17 janvier 1967. Elle participe à des rallyes d’amateurs de l’époque (photo jointe). Très fiable, elle n’aura jamais besoin de gros travaux. Le moteur ne sera jamais ouvert.

En 1971 elle est repeinte en blanc. Au printemps 1980, elle fait son dernier Rallye avec Olivier, frère de Marc qui aime beaucoup la Salmson et l’utilise souvent. Il repeint les ailes en marron clair, elle devient bicolore.

Commence ensuite une très longue période d’immobilisation de 1980 à 2010 avec un stockage dans de mauvaises conditions.

Après un sommeil de trente ans, Yann sort la Salmson en avril 2010 pour la stocker dans un garage digne de ce nom. La Salmson est alors immatriculée en collection CY 850 YD.

En 2017 Yann tente de la remettre en route, mais il s’avère que les quatre soupapes d’échappement sont grippées… Il va falloir envisager des travaux plus sérieux.

En 2019, avec l’assentiment de Madeleine, une restauration complète est lancée.

Le 18 septembre un transporteur emporte la Salmson vers de nouveaux horizons. Elle est confiée aux bons soins de Techni-Tacot.

Démarrage des travaux : séparation caisse / châssis de la Salmson S4 – 61 :

La dépose des éléments de la partie avant est fastidieuse car les liaisons sont réalisées par des vis de Ø4mm avec des cages à écrou archaïques complètement bloquées par la rouille. Le radiateur ne peut sortir qu’en déposant la calandre (information qui peut avoir son importance en cas de réfection ou de détartrage). L’ossature en bois est fixée avec des tires fond  comme pour les véhicule d’avant-guerre. Le groupe propulseur est composé d’une boîte Cotal. Le faisceau électrique bien que datant du début 50 est encore en fils recouvert de coton.

Séparation caisse / châssis de la Salmson S4 – 61 :

Le plancher en tôle, est oxydé mais sans corrosion perforante (visuellement). Les moquettes en laines ont été détruites par les mites ou les rongeurs. L’intersection des éléments de carrosserie est très corrodé et nous demandera de nombreuses greffes de tôle. L’ossature de bois est atteinte dans les zones proches des extérieurs ou des soubassements.

Démarrage des travaux : séparation caisse / châssis de la Salmson S4 – 61 :

Dès que possible la structure sera reposée sur le châssis restauré (il faut éviter qu’elle ne se déforme trop) avant d’aller vers l’atelier d’ébénisterie automobile.

Désassemblage du moteur de la Salmson S4 – 61 :

Fabriqué à Billancourt comme d’autres célèbre moteur Renault plus récent, la conception du moteur Salmson est intéressante . il offre au premier coup d’oeil une architecture élégante, rationnelle. Technologiquement, il apporte le grand avantage d’une culasse à double arbre à cames en tête. Les fonderies sont de grande qualité avec une finition de surface soignée. On regrette le fonctionne en thermosiphon qui réduit la capacité d’échange thermique en période chaude. Une pompe aurait été la bienvenue.

Désassemblage du moteur de la Salmson S4 – 61 :

Le montage de la culasse au bloc est réalisée par écrous-goujons. Hélas, au fil des années, les goujons finissent par devenir solidaires des pièces qu’ils traversent. Quatre d’entre eux, nous compliqueront la séparation. A force de dégrippant, chocs thermique, la culasse en fonte sera extraite sans casse. Le bloc moteur en fonte aussi, ne pose pas de problème d’extraction.  Les pistons apparaissent au jour : pas de trace de surchauffe, mais des segments cassés.

Désassemblage du moteur de la Salmson S4 – 61 :

La transmission aux arbres à cames est réalisée par un renvoi d’angle. Le mouvement est pris au niveau du vilebrequin. Les usinages et tailles de pignons sont magnifique et quasiment inusable. Un second renvoi d’angle relie l’allumeur.  La ligne d’arbre en 3 paliers est réalisées sur coussinets en bronze régulé, les bielles sont régulées.

Déshabillage du châssis de la Salmson S4 – 61 :

Moteur, boîte, pont, trains avant et arrière sont déposés. Un nettoyage haute pression et à la vapeur permet de travailler sur des pièces débarrasser de leur couche de cambouis. Le châssis est ensuite déshabillé de tous ses accessoires, câbles, fixations, canalisation carburant. A ce stade, nous vérifions soigneusement l’intégrité du châssis pour détecter d’éventuelles traces d’accident ou autres anomalies.

Restauration du châssis de la Salmson S4 – 61 :

Le châssis nu est sablé. L’acier débarrassé des couches de peinture et de goudron révèle totalement son état. Nous en profitons pour effacer les restants de projection de soudure de l’époque, les défauts d’aspect lors des manipulations.

Les différents filetages sont passés au taraud pour un remontage facile et exempt de débris.

Restauration du châssis de la Salmson S4 – 61 :

Étant donné une corrosion légère qui rend granuleux l’état de surface, nous appliquons sur le phosphatant un apprêt garnissant qui comblera en majeure partie les petits cratères disgracieux. Après ponçage, quelques masticage légers de finition, rendrons l’aspect lisse comme une carrosserie.

Vous avez aimé cet article ?

Comme nous, partagez votre passion des voitures anciennes en cliquant sur un des boutons de votre réseau social favori.

Dépannage

Eloigné de l’atelier ?
En panne ou immobilisé ?
Nous pouvons allez chercher votre véhicule sur un plateau-remorque.